Om̐

 

Mon passé arrive jusqu’à moi et m’accompagne. Ce chemin ponctué de souvenirs, de senteurs, de couleurs, de lumière, d’Histoire, des histoires, de scènes, de lieux, me font penser que nous n’auront jamais fini d’en faire l’inventaire. Un visage, un nom, une présence qui nous rassurent... Les images, les archives nous aident dans notre collecte perpétuelle d’informations qui vont nous guider dans notre propre recherche. Cela, même si en parcourant cette route nous oublions nos propres empreintes et notre propre histoire. Nous faisons nous aussi partie intégrante de cette histoire de par notre existence. Que laisserons-nous de notre passage, qui sera le passé et les souvenirs de la génération future?

 

Om, début et fin où l’achèvement d’une vie, celle de lieux…

De l’usine de La Mare qui devient l’aube de mon histoire, de mes souvenirs, de mon enfance et de ma mémoire... Elle, à qui  je dois rendre hommage, elle,  que je dois panser.

 

De lieux…

De l’asile psychiatrique, métonymie des réminiscences, de l’expérience personnelle où la protection devient vitale…

 

De lieux encore…

 

1/1

2007, Alliance française de Salvador de Bahia, Tirages numériques, Vidéo